La Rivière, un patrimoine commun à préserver

L’amélioration de la qualité de l’eau et des milieux naturels est une priorité majeure pour les années à venir. C’est dans ce sens que l’Europe s’est fixé comme objectif d’atteindre le bon état écologique des cours d’eau, comme le définit la Directive européenne intitulée D.C.E  (Directive Cadre sur l’Eau).

 

Afin de répondre à cet enjeu collectif, la communauté de communes de Saint-James a lancé sur son territoire un programme de restauration des cours d’eau à l’échelle du bassin versant de la Sélune dès 2010. La mise en place de ce programme nécessite un diagnostic de terrain, réalisé par le technicien de rivières de la collectivité, pour recenser l’ensemble des dysfonctionnements des cours d’eau. Chaque propriétaire et/ou exploitant est ensuite rencontré afin de lui proposer des travaux et de définir les opérations à effectuer, prises en charge financièrement et techniquement par la collectivité.

 

 

Depuis le lancement des premiers travaux, le bilan est positif avec l’accord de la quasi-totalité des riverains. La bonne coopération des acteurs locaux, a permis de mener un programme de travaux ambitieux qui permettra à terme d’atteindre un objectif commun : retrouver des cours d’eau de qualité.

 

C’est ainsi que sur le territoire de la collectivité, près de 75 kilomètres de rivières ont fait l’objet de débroussaillage, d’abattages et d’aménagements, représentant 83 abreuvoirs, 14 kms de clôtures et 29 ponts agricoles, entre 2010 et 2015.

 

 

En partenariat avec la fédération de pêche de la Manche, la communauté de communes mène également des travaux de continuité écologique sur les cours d’eau. Ces travaux, tels que l’effacement de seuil de moulin non exploité,  visent à permettre une libre circulation des organismes aquatiques et des sédiments.

 

Pour exemple, l’effacement du seuil du Grand Moulin à Saint-Benoît :

 

AVANT

(un saumon essaie de franchir le seuil…)

 

APRES

Parallèlement à ces travaux des inventaires scientifiques sont menés chaque année pour avoir une meilleure connaissance de l’évolution des peuplements piscicoles, suite aux travaux réalisés.

 

Ces inventaires, réalisés par la Fédération de Pêche de la Manche, sont effectués grâce à une pêche dite « électrique », qui consiste à émettre un champ électrique dans l’eau pour « paralyser » temporairement les poissons, et pouvoir ainsi mieux les identifier et les mesurer avant de leur redonner leur liberté.

 

 

 

Avec la participation financière de :

 

 

Pour tous renseignements :

 

Contactez le technicien de rivières Cédric DOARé au 02.33.89.62.08
ou par e-mail cedric.doare@cdc-saintjames.org


 

Conception : Objectif-multimedia.com - Hébergement : 2Ilog.com