Haies et talus, un bocage à préserver

 

La protection de la ressource en eau est un des enjeux majeurs sur le territoire de la Communauté de Communes de Saint-James. Le bocage, réseau de haies, talus et bosquets, constitue un atout formidable dans la lutte contre l’érosion des terres agricoles et la préservation de la qualité de l’eau.

 

C’est pourquoi, lors de la délibération de prescription du Plan Local d’Urbanisme Intercommunal de la Communauté de Communes, il a été décidé que « les travaux d’arasement de haies et talus seraient soumis à déclaration préalable en mairie » pendant toute la phase d’élaboration du PLUI. Si l’eau est une ressource universelle qui doit rester de bonne qualité et à un prix abordable pour tous, les enjeux liés à la préservation du bocage sont aussi agricoles (protection des sols, des cultures et des troupeaux), environnementaux (biodiversité, qualité des milieux aquatiques) et sociétaux (cadre de vie, identité culturelle, diversité paysagère).

 

Concrètement, cette mesure en vigueur depuis le 29 mars 2010, ne concerne pas l’exploitation traditionnelle des haies. Les coupes sur les cépées et l’abattage d’arbres de haut-jets ne sont pas soumis à déclaration. A l’inverse, chaque personne souhaitant araser une haie ou un talus (arrachage du système racinaire et démolition du talus) doit déposer une demande de déclaration en mairie. Cette demande sera traitée par les Commissions Bocage créées au sein de chaque commune du canton. Sur les bases de la description des projets des demandeurs et de l’analyse technique du technicien bocage de la CdC, les commissions émettront un avis favorable ou défavorable. Des mesures compensatoires (recréation de haies et talus plantés) pourront être demandées dans certains cas. Autant en amont qu’en aval de votre projet, le technicien bocage peut vous aider et vous conseiller.

 

Cette décision a également entraîné la création du Comité Intercommunal pour le Bocage qui regroupe des représentants agricoles et associatifs, des élus et des techniciens. L’objectif de ce comité est de coordonner les actions en faveur de la préservation du bocage dans un esprit de concertation et en prenant en compte les spécificités économiques de notre territoire.

 

Ainsi, toute personne souhaitant araser une haie ou un talus devra procéder à la demande de déclaration dont les étapes sont les suivantes :

-          Retrait du formulaire à la mairie où se situe le projet ;

-          Visite du technicien bocage qui va analyser le projet en fonction notamment du rôle anti-érosif de la haie ou du talus en question ;

-          Dépôt de la demande de déclaration en mairie : la Commission bocage se réunit et propose au Maire un avis (favorable ou défavorable) ;

-          Au maximum 30 jours après le dépôt, le Maire prend un arrêté municipal émettant un avis favorable ou défavorable.

 

 

Vous souhaitez araser une haie ou un talus : comment procéder à la demande de déclaration ?

Et si on plantait ! Recomposition bocagère

 

Maîtriser les ruissellements : c’est possible avec la Communauté de Communes de Saint-James

 

Depuis 2013, les agriculteurs peuvent s’appuyer sur la Communauté de Communes pour reconstruire des haies et des talus. En regroupant les projets des agriculteurs, la collectivité bénéficie des aides de l’Agence de l’eau Seine-Normandie, de l'Europe et de la Région Normandie.

 

Replanter des haies bocagères, pourquoi faire ?

 

Les rôles des haies :

  • freiner les ruissellements et donc l’érosion des terres agricoles
  • préserver  la qualité de l’eau en recyclant les nutriments
  • protéger les cultures et les animaux face aux intempéries
  • accueillir les auxiliaires des cultures (coccinelle, carabe…)
  • fournir une grande quantité de bois d’utilisations diverses (chauffage, piquets…)
  • éviter la dispersion des pesticides lors de la pulvérisation
  • marquer la limite de champ

 

Le programme de recomposition bocagère : comment ça marche ?

 

La programmation divise le territoire en six zones d’actions annuelles pour concentrer les aménagements. En 2013, le technicien bocage rencontre les agriculteurs des communes de Saint-Laurent de Terregatte et d’Hamelin. La visite se déroule de la façon suivante :

  • exposé du projet
  • visite de terrain pour définir des zones d’aménagements prioritaires
  • construction du projet (localisation des talus, essences plantées…)

 

Basés sur le volontariat, tous les projets sont validés par la signature d’une convention entre le propriétaire, l’exploitant et la Communauté de Communes de Saint-James.

 

Quels sont les aménagements pris en charge ?

  • la restauration d’anciens talus en les rechargeant en terre végétale et/ou en les plantant de nouveaux arbres ;
  • la création de haies sur talus anti-érosives à mi-pente ou en ceinture de bas-fonds (haie sur talus située entre la culture et la prairie humide de bas-fond) ;
  • le déplacement d’entrées de champ mal positionnées par rapport aux écoulements d’eau ;
  • la plantation de petits bosquets de pente et de certaines haies à plats (à voir au cas par cas) ;
  • la création de fossés le long des talus anti-érosifs et de mares de bout de champ pour favoriser l’infiltration de l’eau.

 

Quel coût pour le bénéficiaire ?

 

Aucune participation financière n’est demandée au bénéficiaire qui s’engage. En contrepartie, il devra retirer puis remettre les clôtures, préparer le sol, entretenir l’aménagement et le maintenir dans le temps. 

 

  

Avec la participation financière de :

Renseignements et inscriptions :

 

Contacter le technicien bocage, Pierric CORDOUEN au 02.33.89.14.22
ou par e-mail pierric.cordouen@cdc-saintjames.org

Conception : Objectif-multimedia.com - Hébergement : 2Ilog.com